Anarchie Paradis

Anarchie ne pas confondre avec la loi du + fort dans laquelle vous vivez actuellement. Anarchie respect de la vie, des quatres éléments nous entourant et nous composant. Thotnib@laposte.net

29 juillet 2008

Comment aimer en vivant dans la peur?


Éducation

Le respect n'est pas une qualité de surface ou d'apparence. Il nous impose une véritable éducation dès le + jeune âge. Le respect des quatre éléments est fondamentale, de la découle le respect de son corps du corps de l'autre et du monde qui nous entoure. Quand apprendra ton la respiration dans l'assise du silence? L'élément air est en effet le premier approprié à être travaillé.
Mais la société de consommation se vautre dans  la souillure  de ce  dernier (cigarette voiture etc... )



Posté par Adrar à 22:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 décembre 2005

Poèmes

___________Mon Amour la Mort_________________________

Je ne reviendrai plus au pays de ton corps
Que ton esprit avait jadis ouvert pour moi
En la profonde forêt la sombre fleur
Abreuvait mon coeur par son succulent nectar
Mon pik dressé dans les collines enchanteresses
Jouait au va et vient sa mélodie d'accords
Mais par dela la plaine ombilical je voie
Des lourds nuages de tempêtes scinder nos coeurs
La pluie ramenant les pleures laissant apart
La femme et l'homme combattant de la détresse
Comme tu m'as exilé à jamais de ton corps
Le secret de la mort dans l'ombre de mes pas
Cherche à exprimer l'inutilité des peurs
Des attaches de nos coeurs à briser sans retard
Pour renaître épuré libre sans forteresse

g_nie1_copy

L'illusion du temps
(chanson1)

Une lueur dans la nuit Un silence dans le bruit Un sourire dans l'éffroi Une chaleur dans le froid
                                        Le blanc et le noir illusoire miroir
A l'endroit des autres murs
L'horizon murmure Il pleure les déchirures Les morsures sans excuses
                                        La charge des souillures de votre nature
       

Un dieu dans le diable La paix dans les armes  Une flamme dans une larme Les hommes dans les femmes
                                        Le bien et le mal animal mental
D'une plante florissante Exprimer les essences Dans une eau frémissante Faire monter la semence
                                        Réveille mes sens et  l'audience de l'existence    
Chaque innocent possède sa ruse Voit la muse nous amuse Cornemuse triple buses Excuse le temps il s'use
                                        Oublie le temps il s'use, lui seul panse mes blessures            

 
La complainte des Gnomes

Gnom

 

   
         
1.Comment donc avancer dans vos mondes figés
Qui voudrais t'arrêter encore te faire payer
L'erreur de tes aînés sur toi veux perdurer 
Mais ne voient-ils pas l'astre du jour
C'est de lui que vient tout notre amour
Lui qui m'enseignera sans détour
 

2.J'aimerai pouvoir vous respecter
Mais je sent que nos valeurs divergent
Ton seul maître est la loi du marché
Saccageant la terre de tes frères
Formatez nos rêves de libertés
En grande pompe sans + nous consulter

3.Comment donc respirer dans vos mondes saturés
Qui voudraient m'intégrer ses 4 vérités
Consommer pour mieux encore trimer
Mais ne voient-ils pas l'astre du jour
Lui aime notre mère encore toujours

Elle qui m'enseignera son amour
 

           
Comment donc exister dans vos mondes estropiés
De l'amour que vous avez violez

Mais la terre reste mon amie intime

Et je vois que tu nous sous-estime
s
Gnomex


 

 

Zephira

                   
N'attend plus et déserte
Les êtres du paraître
Les traîtres en guise de maîtres
apprendront a te mettre
Les chaînes de leur non être
Possède tout sauf la quête
De dame bienveillance
Combien de saisons
Vivez  vous en déraison
Sous le bruit des camions
Et du marteau piston
Laissez moi le silence
Rempart de l'absence
Contre la présence du manque
Suffirait il de si peu
Pour s'en aller joyeux
Des jours heureux ou vous étiez 2
Il y a longtemps je t'aimai
Mais l'orage de l'oubli se déchaînes en ma nuit
Et depuis mon exil je recherche le mobile
Qui me raccroche au fil sans les motifs futiles
Et je combat les repères des profiteurs de misères
Car je vis dans la nouvelle èr

             

 Lamalpière       

             
1-Merci ô grand souffle
de chasser le souffre
Il n'apparaît plus normalement dans leur spatio
Et leur chaînes traînent au tréfond de sombres caniveau
Crois tu vouloir être absorbé dans ses couloirs désordonnés
Sans jamais plus revoir ton afrikana
Ô ma loaï connaît la faille
L'épouvantail vaille  sur la ripaille l'épouvantail vaille

2-Merci ô grand souffle
de m'ôter d'un doute
Oui mon coeur semblable à cette pierre explosive
Au feu de l'enfer pas d'affaire avec leurs cimetières
Crois-tu pouvoir donc m'enfermer dans tes boîtiers désinfectés
Sans jamais plus nourrir l'Arbrozokana
Ô ma loaï connaît la faille 
L'épouvantail vaille dans la mitraille L'épouvantail vaille

3-Quand se lèveront sur nous l'écho changeant
L'air sifflant dans nos coeurs et nos tympans
Insufflant des chants d'autres temps
Du plaisir d'absence d'un désir
Pourquoi vouloir les suicider
Sans eux vous n'pourrez continuer
Toi seul hisse la voile mon Afrikana
Yo ma Loaï guérit la faille
L'épouvantail vaille sur la muraille
L'épouvantail vaille

    celt    

Posté par Adrar à 22:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]